Assemblée Nationale: Quel rôle pour une gouvernance démocratique

Questekki  229  du mardi 15 décembre  2020 

Dossier Ressources naturelles : Gouvernance démocratique, quel rôle pour l’Assemblée Nationale ?

C’est le patron qui ”thiompalise”, le Président Macky Sall himself, qui a mis dans la révision constitutionnelle de 2016  que  les ressources naturelles appartiennent au Peuple. Il  ne veut pas en tirer toutes les conséquences.  En effet, le Peuple, ce n’est pas l’Etat. C’est plus que l’Etat, en particulier les représentants du Peuple à l’Assemblée Nationale ont leur mot à dire. 

C’est le combat que je mène à L’Assemblée nationale, pour que les députés participent à la gouvernance des ressources naturelles, notamment minérales, gazières, foncières et fauniques comme les gazelles Oryx. 

Ce combat de principe de la gouvernance démocratique, je le mène aussi au nom du peuple des Assises Nationales. C’est ce que ne supporte pas Moustapha Niasse. Il n’aime pas la démocratie. Il pense qu’il est au-dessus des lois, qu’il est au-dessus du Règlement Intérieur  de l’Assemblée Nationale. 

Gouvernance démocratique, quel rôle pour l’Assemblée Nationale ?

Mamadou Lamine Diallo in Questekki 229

Je n’ai pas de problème personnel avec lui, il faut que je l’écrive pour prendre date dans un Sénégal où l’émotion l’emporte souvent sur la raison. Il a invité mon père Adama Diallo  ex- député, Maire de Sédhiou, Président du Conseil d’administration de la BICIS ET DE LA SOSETER,  décédé le 16 juin 1978  accidentellement sur la route  Fatick-Kaolack, à  hauteur de Loul Sessene dans un débat public en séance plénière à l’AN le mercredi  9 décembre 2020.

Dans une diatribe haineuse inexplicable, il a laissé remonter  un fond de lui-même. Je ne suis en rien responsable de son échec personnel à accéder à la place de Macky Sall à la Présidence de la République. C’est lui qui a choisi en toute conscience le 16 juin 1999  pour lancer son mouvement Espoir / AFP, pour chercher à être Président de la République du Sénégal, qu’il en tire les conséquences un point c’est tout.

Dossier nouveau : l’opposition réduite à sa plus simple expression, un leurre.

Le père du ‘’thiompalisme’’ nous avait promis de réduire l’opposition à sa plus simple expression en inaugurant le pont de l’Émergence, flanqué de ses deux ingénieurs affidés, Boun Dione et Mansour Kane.  Après cinq ans, il a réussi 90% de son pari en utilisant tous les  moyens de l’Etat, justice, répression des manifestations, refonte du fichier électoral avec la nouvelle carte d’identité CEDEAO, financement de 36 listes aux législatives de 2017, imposition du parrainage corrompu pour arriver à sa fin.

L’objectif ultime, derrière le slogan PSE 2035 est de mettre en place un émirat gazier sous la forme par exemple d’un régime à la Oumar Bongo du Gabon qui l’a aidé et soutenu. Dans ces circonstances, Tekki qui porte le projet politique  d’émancipation du Sénégal et de l’Afrique a le devoir de faire face et d’empêcher le capitalisme de prédation de s’emparer de notre jeunesse et de son avenir.

L’opposition réduite à sa plus simple expression, un leurre.

Mamadou Lamine Diallo in Questekki 229

Nous avons presque  réussi à déjouer ce plan lors des dernières législatives de 2017 en lançant une grande coalition de l’opposition. Ceux qui l’ont torpillé se retrouvent à côté de Macky Sall. Par la suite, nous avons pris l’initiative du Front de résistance nationale pour les libertés et la démocratie et le parrainage corrompu. Ce projet fut torpillé de l’intérieur. Dès lors nous avons entrepris de lancer le CRD, ou DEGGO Dekil  Bokk, le sens de la démocratie citoyenne et patriotique.

L’opposition patriotique et citoyenne est debout. Elle va recevoir le soutien populaire de ses centaines de milliers de sénégalais méprisés et trahis par la dynastie FayeSall et ses affidés