Le football sénégalais sur les traces de  Macky Sall : capter les rentes par des mandats infinis pour Augustin 

Questekki  262  du mardi 3 août 2021

Dossier Ressources naturelles : Le football sénégalais sur les traces de  Macky Sall : capter les rentes par des mandats infinis pour Augustin 

On l’oublie trop souvent, les découvertes de gisements de gaz panthère et lion, en Côte d’Ivoire à la fin  des années 90, ont joué un rôle important dans l’évolution politique qui a abouti à la guerre civile entre les protagonistes politiques, Ouattara, Gbagbo et  Bédié. Ce n’est donc pas une vue de l’esprit, lorsqu’on écrit que le Sénégal peut prendre cette direction, compte tenu de l’affaiblissement systématique des institutions que mène le régime de Macky Sall : Assemblée nationale, conseil constitutionnel, mairies, justice, Opposition politique, et football aujourd’hui, loisir préféré d’une jeunesse sans emploi.

 Le Sénégal a les joueurs qu’il faut et l’entraîneur pour gagner la coupe d’Afrique et aller en demi-finale de la coupe du monde. Il lui manque une fédération efficace et patriote.

L’Auguste Senghor suit les traces du Président Macky Sall : wax waxett et consensus forcé pour son quatrième mandat.

Mamadou Lamine Diallo in #Questekki 262

L’Auguste Senghor suit les traces du Président Macky Sall : wax waxett et consensus forcé pour son quatrième mandat. Il avait promis publiquement qu’il ne ferait pas de quatrième mandat. Le voilà, après un deal à la CAF, dans du forcing pour s’imposer indéfiniment à la tête du football sénégalais soutenu par la galaxie corrompue de l’APR, avec en ligne de mire les retombées des rentes pétrolière et gazière attendues dans les prochaines années. Celle-ci s’est permise de s’attaquer à Sadio Mané qui a fait une observation sur la pelouse de Thiès. La confiance entre joueurs et fédération sera rompue.

Comme on voit, la méthode Macky Sall fait tache d’huile : réduire les opposants à leur plus simple expression et s’imposer par la force indéfiniment à la tête des institutions. Déjà, un mort de trop à Pikine, Samba Sarr.

Dossier nouveau : Il faut moins de 25 milliards pour obtenir 1000 lits pour les cas sévères et graves.

Qu’on le veuille ou pas, la parole scientifique et patriotique de notre Nation dans la guerre contre la Covid-19 est portée par le chef du Service des maladies infectieuses à l’hôpital Fann de Dakar, Professeur Moussa Seydi. Il est temps que le régime de Macky Sall le comprenne. Les polémiques stupides des affidés de BBY doivent cesser.

La troisième vague a mis à nu l’échec de la stratégie du régime. J’ai plusieurs fois insisté pour rappeler le caractère critique des investissements visant à renforcer les CTE en capacité de traitement des cas sévères et graves.  Le Rwanda a construit une capacité en moins de six mois. Rien n’empêche le Sénégal de se doter d’une capacité globale  de 1000 lits, dont le coût ne dépasse pas vingt-cinq milliards de FCFA. Mais Abdoulaye Diouf Sarr a préféré faire du capitalisme de copains avec les fonds de la  Force Covid-19. Irresponsabilité et incompétence sont  la marque  de la gestion BBY de la Covid-19. 

Le Peuple doit se vacciner, éviter les rassemblements et respecter les mesures barrières. Les prédateurs de BBY ont déjà pris leur disposition pour échapper à la pandémie.

Mamadou Lamine Diallo in #Questekki262

Irresponsabilité. Macky Sall est informé, fin mai, que la troisième vague va arriver par les services compétents. Il n’en a cure, il engage ses tournées politiques propageant le virus, par le biais de jeunes entassés dans des bus.

Incompétence. Les CTE sont dépassés et le personnel médical est  à bout, fatigué et primes non payées. Le covid-business prend l’ascenseur.

Dans ces circonstances, le Peuple doit se vacciner, éviter les rassemblements et respecter les mesures barrières. Les prédateurs de BBY ont déjà pris leur disposition pour échapper à la pandémie.