Questekki  256  du mardi 20  juin   2021

Dossier Ressources naturelles : Confisquer le pouvoir, tel est l’agenda de la famille FayeSall. 

Ce n’est pas par hasard que l’on parle de malédiction des matières premières ou du pétrole. En effet, la découverte de grands gisements de pétrole ou de gaz naturel peut conduire à la capture de l’Etat par des groupes prédateurs, ce qui débouche sur la violence ou les conflits sociaux. Dans notre pays, la découverte du gaz naturel à Saint-Louis et à Kayar en 2015 a amené Macky Sall et ses affidés à mettre de côté l’agenda démocratique qui l’a porté au pouvoir en 2012. Il a mis ainsi sous sa coupe le M23 et trahi son combat avec BBY. J’en sais quelque chose, j’étais présent.

Ce que veut Macky Sall, c’est instaurer un émirat gazier et un des scénarios possibles, après le parrainage de 2019, est le forcing du troisième mandat. Son tour de piste appelé pompeusement tournée économique vise à sceller des pactes nocturnes autour de ce projet funeste. Pas de rubrique « tournée économique » dans le budget de l’Etat.

Tournées  économiques, Fatick, Fouta : Pactes pour un troisième mandat.

Mamadou Lamine Diallo in #questekki 256

Il a comme modèle le cas Ouattara qui, dans un élan ethniciste,  a braqué le Nord musulman de Côte d’Ivoire contre le Sud. En plus, son régime  dispose des encagoulés dans la gendarmerie et la police et ainsi que des milices privées appelées microbes. Sans doute, ce modèle fasciste inspire les prédateurs de BBY ; ils veulent recruter au sein de la police et de la gendarmerie leurs nervis pour disposer de forces barbares contre le peuple.

Il y a une sorte de « loi » des prédateurs  africains  qui dit que pour confisquer le pouvoir, il faut avoir de l’argent, une armée pour  soi et un parti politicien, à base régionaliste, ethnique ou religieuse.  Ici au Sénégal, les prédateurs de BBY feront face à une tradition démocratique et à une armée républicaine. Imitation n’est pas vérité. Sénégal Tampi.    

Dossier nouveau : Macky Sall lance la traite des recrutements clientélistes.

Sacré Macky Sall. Fin 2020, en pleine vague de Covid-19, il a fait voter un budget  avec un déficit budgétaire déclaré  de 744 milliards. Pourtant, il avait affirmé dans un monde en récession, qu’il avait réussi à obtenir une croissance économique de plus de 2% basée sur des récoltes exceptionnelles.  Malgré cette croissance annoncée, les recettes de l’Etat avaient diminué en 2020. Tout cela relève du « bricolage » budgétaire. La réalité, c’est que Macky Sall s’endette de plus en plus à l’extérieur du Sénégal, sur le marché régional de l’UEMOA, et enfin par le truchement des arriérés accumulés auprès des entreprises locales. Ensuite, il va augmenter les prix à la consommation.

Mi-juin  2021, dans une première LFR, il augmente le déficit budgétaire à 817 milliards.  Il y aura sans doute une deuxième LFR en fin d’année ; il y a des dépenses engagées non prises en compte dans le budget.

Macky Sall augmente la dette de l’Etat et les prix à la consommation pour caser sa clientèle politique.

Mamadou Lamine Diallo In questekki 256

Une partie de l’endettement va servir à caser la clientèle politique mécontente de l’APR BBY, dans la police, la gendarmerie, les ASP, l’éducation, les eaux et forêts, etc. La SN  poste de Bibi Baldé a annoncé la couleur. Le personnel est passé de 1800 à plus de 4200 avec 42 directions.Ceci ne peut pas résoudre le problème du chômage des jeunes, puisqu’il y a chaque année, deux cent mille  nouvelles demandes de travail qui viennent gonfler le stock existant. Il s’agit d’un problème économique, pas d’un problème politicien. Macky Sall ne sait pas faire de l’économie. Au mieux, il peut s’acheter un bel avion pour faire de la coopération internationale. Macky  Gassni.