Ressources gazières du Sénégal: Que sait-on du partage ?

Questekki  283  du mardi  28  décembre   2021

Dossier Ressources naturelles : Que sait-on du partage des ressources gazières du Sénégal ?

Comme à son habitude, à la manière impériale, Macky Sall a convoqué son monde pour imposer ses vues sur la gouvernance des hydrocarbures. Macky Sall, de par son passage à Petrosen, s’estime être un  sachant, surtout de la classe politique.

Cela est comique. Je ne suis pas impressionné par les capacités d’expert de Macky Sall, sauf dans la ruse politicienne. En attendant, puisque le gaz naturel et le pétrole appartiennent au peuple, il faut expliquer ce que chacun gagne dans le partage des ressources.

Avant le partage des recettes, le Sénégal doit pouvoir mesurer ce qui est produit en gaz naturel et en pétrole.

Mamadou Lamine Diallo in #Questekki 283

Si les recettes de l’Etat sont abondées  de 700 milliards par an, on doit nous dire combien BP gagne par an, combien Kosmos gagne par an, combien Franck Timis gagne par an par ses sociétés et en royalties. C’est un minimum. Qui va faire le suivi? Qui va faire les vérifications pour le peuple? Il est important que le Sénégal se dote des moyens de mesure normée du gaz naturel ou du pétrole produit. Le Directeur des hydrocarbures doit en faire une priorité par patriotisme. 

Pour ma part, je soutiens que le Sénégal doit avoir l’ambition de faire de Petrosen une société comme Petronas en Malaisie ou la Sonatrach en Algérie et sortir du capitalisme de copain qui mine la raffinerie SAR mise en place par le Président Mamadou Dia. 

Avec la découverte en grandes quantités d’hydrocarbures, il faut réactiver le projet du Président Senghor de la grande  raffinerie de Cayar et la pétrochimie associée.

Dossier nouveau : Comment éduquer nos enfants?

« La priorité, c’est l’éducation ». c’est ce qu’on aime répéter dans l’élite BBY. Sans doute après l’eau et la santé, la Covid 19 a précisé le débat. Au Sénégal, il y a trois types d’éducation qui se côtoient, la scolaire, les daara et les métiers, éleveurs, pêcheurs, apprentis etc..). L’Etat s’occupe pour l’essentiel des scolarisés. A 19, 20 ans, ils reçoivent un enseignement supérieur après le baccalauréat. 

Alors quelles valeurs d’éducation ? Par exemple, doit-on être fier d’avoir dépensé près de 900 milliards TTC pour un TER produit des usines françaises ? Je peux être content pour la France qui a réussi une prouesse technologique, mais pour le patriote responsable que je suis, ce n’est guère un motif de fierté ; contrairement au Président Macky Sall qui en profite pour mettre en avant son beau-frère, dauphin caché.

Nous ne voulons pas que nos enfants soient éduqués pour être fiers ou complexés devant  la technologie étrangère  dans les valeurs de l’agenda gay.

Mamadou Lamine Diallo in #Questekki 283

Dans cette atmosphère  de fin de règne, les scandales financiers montent en surface. Il y en a encore d’autres à découvrir. Macky Sall a tôt fait d’abandonner la gouvernance sobre et vertueuse pour la prédation des ressources, les souris se sont mises à danser, à mesure que les financements étaient mobilisés, endettement massif, et promotion de l’agenda Gay.

Cet agenda est une agression violente contre nos valeurs, notre foi religieuse et notre souveraineté nationale. Nous ne voulons pas que nos enfants soient éduqués dans les valeurs de l’agenda Gay. C’est pourquoi chefs religieux musulmans, catholiques, protestants, Bois sacré, sont unanimes à soutenir la proposition de loi pour la criminalisation de l’homosexualité, émanation populaire. Après la fête du TER et l’hommage rendu à l’industrie française, la classe des prédateurs de BBY pourra être attentive à la position du Khalife Général des Mourides qui les a sauvés d’une déchéance certaine lors des émeutes de mars 2021. La balle est dans le camp du Président de l’Assemblée nationale.